Qui est responsable d’Internet ?

Il lui faut produire plus et mieux, travailler davantage et répartir les « sacrifices » de façon équitable.Négocier contre d’autres est considéré comme une activité intrinsèquement égoïste, même si elle peut comporter des bénéfices sociétaux indirects.Idem pour les techniciens.Ainsi, les entreprises étrangères INVESTISSENT, innovent et créent des emplois à forte valeur ajoutée sur notre territoire, soit directement, soit en s’alliant à des champions français.Un préalable à la concurrence: la mise en place d’une cadre social harmoniséIl s’agit du « futur du futur ».Comment se comporteront les passagers des premières voitures entièrement automatiques ? Comment assister un véhicule capable de trouver seul une place de parking ? Quelles données souhaiteront partager les conducteurs des véhicules connectés ? Quelles attentes pour des voitures partagées ou en libre-service ? Qui sera responsable d’un accident de voiture 100% automatique ?Constructeurs, assisteurs et assureurs doivent trouver la solution en écoutant les conducteurs.Les solutions simplistes consistant à prôner la sortie de l’euro ou la fermeture des frontières sont des leurres.L’aléa relatif au risque pesant sur l’entreprise est gommé.A taux constant, elle impliquerait une forte hausse de poids des impôts portant sur les ménages.Pour l’investisseur étranger, il est important de connaître, et donc d’être averti que ce pays aux dimensions continentales a un système juridique extrêmement avancé dont l’application est partagée entre les Justices des États et la Justice Fédérale. Portée par Antonio Fiori et son ouvrage qui défend ses bienfaits jusque dans le traitement de la dépression.Le choix d’un indice qualitatif, dit « hédonique », a été arrêté pour éliminer les effets de structure et de qualité qui affectent des indicateurs plus simples comme la moyenne et la médiane.Aujourd’hui, la France est la balle qui rebondit sur le filet, et l’Allemagne attend que nous tombions du « bon » côté de l’Europe.Pour la plupart d’entre eux, il s’agit d’ailleurs de « petits » prêts aux PME.Il ne perçoit pas toujours comme légitimes les normes de l’organisation, lui même instrumentalisé au service d’un objectif.En ce sens, dans le grand jeu de piste que sont les politiques commerciales, le protectionnisme est une impasse pavée d’intentions qui n’ont même pas l’excuse de la bonté.De plus, cette intelligentsia se souvient que c’est la France qui « inventa » la modernité et a du mal à reconnaître que le monde change.

Share This: