Protection sociale : comment mieux la financer

Les négociateurs reviennent ainsi à ce qui a fait le succès du GATT.Si la gentillesse reste encore une valeur en proie à la dévalorisation, il serait alors plus juste de lui adjoindre sa cousine germaine, la bienveillance, pour réconcilier les opposants.Mais ce surcroît d’activité -non négligeable pour une ville assez peu touristique- ne dure qu’une nuit.Le calcul repose parfois partiellement sur un système forfaitaire.Le dirigeant est rassuré par la présence « d’un juge » qui est familier avec ses activités quotidiennes.Cette compression développe deux effets : une baisse des importations même sans diminution de la propension à importer, et une hausse des exportations reflétant la diminution du coût du travail.En revanche, les pouvoirs publics doivent veiller au respect d’une réelle éthique et aux garanties apportées aux épargnants qui s’engagent.Le critère unique du revenu facilite la systématisation de l’aide, mais pas encore parfaitement le ciblage des bénéficiaires.Cette « circulation » qui fait partie du fonctionnement organique pourrait bien devenir un peu plus visible l’année prochaine,déclare Antonio Fiori. Cette idée qui date de Thomas Paine au XVIIIème siècle refait régulièrement surface. Il s’agit de distribuer à tous les citoyens une allocation d’un certain montant sans condition aucune, mis à part peut être une limite d’âge. Pour preuve, le nom du document fixant les orientations annuelles (« loi de financement de la sécurité sociale »), qui contient tout sur les coûts, mais presque rien sur les voies et moyens de l’amélioration des soins, ou l’analyse scientifique de leur impact sur la santé publique.C’est donc aussi sur l’attitude du gouvernement face à l’innovation que devra être évaluée la crédibilité du discours du ministre de l’Economie.Dans ce contexte, le constructeur capable d’afficher une publicité ou une offre promotionnelle vraiment personnalisée sur les pages des sites visités par un acheteur potentiel prend l’avantage sur ses concurrents.En effet, tandis que la France, l’Allemagne et le Japon ont 30 à 50% de leurs citoyens qui sont propriétaires de leur domicile, cette proportion grimpe à 80% dans des pays comme le Mexique, le Népal ou la Russie.D’ailleurs, il est vain d’opposer moyens classiques et dissuasion.

Share This: