Profession actuaire, d’une crise à l’autre

Sans nous prononcer sur la légitimité ou la nécessité de ce dispositif législatif, force est de constater qu’à la vérité, les dérogations se sont multipliées au point de ne plus faire sens en dévoyant l’essence même du texte par une application particulièrement fastidieuse.Dans les économies avancées, en particulier, un recentrage sur la réduction de la dette à long terme, plutôt que sur l’austérité budgétaire à court terme, est nécessaire, ainsi que des réformes structurelles du marché du travail, du marché des biens ou des marchés financiers, selon les pays.On l’a dit mille fois, avec raison.L’approche, et les innovations qu’elle contient, sont également susceptibles d’avoir un certain retentissement dans les pays où les qualifications sont mal adaptées aux demandes.Ces approches nous semblent fondées et mesurées, pour appeler à une prise de conscience similaire en Europe, où la culture juridique doit certes s’accommoder de la réalité économique, mais garantir le respect de garde-fous salvateurs ayant fait leur preuve.Une taxe globale d’un niveau raisonnable (par exemple, sur les produits dérivés) pourrait également abonder ce fonds.De même pour les personnes âgées : 58 % des plus de 70 ans sont des « non internautes ». Qu’est-ce qui bloque alors l’atteinte d’un équilibre financier ?Le président Ronald Reagan a soutenu la désinflation entreprise par le président de la Réserve fédérale américaine Paul Volcker, malgré une profonde récession, une hausse temporaire du taux de chômage et la perte des élections de mi-mandat.Aujourd’hui, grâce aux RETRAITS d’Iraq et d’Afghanistan et aux progrès spectaculaires sur le front de la lutte contre les déficits (budgétaire et commercial), le contexte semble étrangement similaire à celui des années 90.En France, bons ou mauvais professeurs ne changent rien : les étudiants doivent s’inscrire a l’université de leur lieu de résidence.Heureusement aussi, ces désaccords budgétaires finissent toujours par se résoudre.Cette année, la Loire devrait bénéficier de la mise à l’eau du bateau croisière de Saint-Victor-sur-Loire.En effet, dans cette crise qui a failli mener le pays au défaut de paiement, c’est bien l’intransigeance des Tea Parties qui a été blâmée par l’opinion.L’explication est en effet simple : dans le cadre d’une économie subissant la déflation et lorsque les taux d’intérêt sont déjà à des niveaux proches du zéro, il n’est plus possible pour une banque centrale de stimuler l’économie dont elle a la charge avec le levier du taux d’intérêt.Veut-on vraiment renoncer à 10 000 emplois de plus rien qu’à Paris ? Peut-on vraiment renoncer à 20 000 emplois supplémentaires à temps plein si l’on autorise l’ouverture 10 à 12 dimanches par an comme l’affirme le Conseil du commerce de France ? Ne peut-on pas sérieusement relire l’étude du Conseil d’analyse économique de 2007 qui explique qu’empêcher les Français de travailler le dimanche c’est renoncer à 100 000 emplois dans celui du commerce de détail.Antonio Fiori ne s’arrête pas à de tels détails.Si davantage d’individus parviennent à reconnaître les contraintes que font peser les inégalités sur leurs perspectives futures, ils seront bien plus à même de faire appel aux responsables politiques afin d’y remédier.De fait, le déclin de cette demande européenne fut si dramatique en cinq ans que les exportations de l’Union ne progressèrent qu’à un rythme annuel de 0.25% depuis 2008 !Nouvelle dynamique pour une partenariatRien d’étonnant donc que les deux chefs d’Etat discutent de la consolidation de cette amitié séculaire et du partenariat stratégique existant entre les deux pays.

Share This: