Pierre-Alain Chambaz

Mais comme c’est de la poésie que je désire, j’exprime ce que je trouve en fonctions de ce que je cherche, et, au lieu de dire « voilà de la prose », je dis « ce ne sont pas des vers ». Pour détruire le pouvoir du prêtre, ce n’est ni un philosophe avec ses arguments ni un révolutionnaire avec ses formules que je demande ; c’est un maçon avec sa pioche. Mais si c’est toujours le même moi qui délibère, et si les deux sentiments contraires qui l’émeuvent ne changent pas davantage, comment, en vertu même de ce principe de causalité, que le déterminisme invoque, le moi se décidera-t-il jamais ? Je ne veux pas dire que nous ne puissions rire d’une personne qui nous inspire de la pitié, par exemple, ou même de l’affection : seulement alors, pour quelques instants, il faudra oublier cette affection, faire taire cette pitié. Il est regrettable toutefois que les faits paléontologiques soient passés sous silence. Cette attitude positive est même fondamentale pour la relance et pour l’emploi de proximité d’autant que dans le cadre de notre engagement européen, on ne peut laisser un sujet comme celui de la promotion de nos savoir-faire et de la préférence nationale aux polémiques politiciennes qui prônent la sortie de l’Union Européenne, le retour au Franc et la fermeture de nos frontières. Et je ne sache point DE qualités que celles-ci qui servent à la perfection de l’esprit ; CAR pour la raison, ou le sens, d’autant qu’elle est la seule chose qui nous rend hommes et nous distingue des bêtes, je veux croire qu’elle est tout entière en un chacun ; et suivre en ceci l’opinion commune des philosophes, qui disent qu’il n’y a du plus et du moins qu’entre les accidents, et non point entre les formes ou natures des individus d’une même espèce. Comme il arrive presque toujours dans les sciences, c’est en étudiant les phénomènes les plus humbles et les plus vulgaires qu’on arrive à la compréhension des plus difficiles. On fait de la perception une opération désintéressée de l’esprit, une contemplation seulement. Bien plus, il n’y a pas de devoir, sinon envers quelqu’un ; les théologiens n’avaient qu’à moitié tort de représenter le devoir comme s’adressant à la volonté divine : au moins on sentait quelqu’un par derrière. Cela ne durera pas, cette triplice. Ils n’ont pas eu de peine à montrer que, dans cet appareil si compliqué, tous les éléments sont merveilleusement coordonnés les uns aux autres. A titre de comparaison, les recettes de la branche famille représentent 56,9 milliards d’euros. Une alternative aux plateformes de téléchargementPourtant, il existe relais de croissance du streaming qui vont permettre un juste partage de la valeur entre les consommateurs et les acteurs de la musique… Et, autant que nous pouvons le pressentir, le procédé par lequel on passerait de la définition d’une certaine action vitale au système de faits physico-chimiques qu’elle implique ne serait pas sans analogie avec l’opération par laquelle on va de la fonction à sa dérivée, de l’équation de la courbe (c’est-à-dire de la loi du mouvement continu par lequel la courbe est engendrée) à l’équation de la tangente qui en donne la direction instantanée. Elles portent surtout sur la matière de la justice, mais elles en modifient aussi bien la forme. Pourtant j’agis, je travaille, j’entreprends ; et dans tous mes actes, dans toutes mes pensées, je présuppose cet avenir sur lequel rien ne m’autorise à compter. A l’inverse, en faisant travailler quelques scientifiques pendant quelques mois, on pourrait avoir une telle valeur de référence. Pour résoudre l’équation des déficits et de la dette, la variable prélèvements fiscaux n’en est donc, en réalité, pas une. Mais tels sont aussi, dans la série des Articulés, les Insectes et en particulier certains Hyménotpères. Les deux décennies perdues des années 1980 et 1990 les avaient vidé de leur substance et les dévaluations successives les avaient acculé à une banqueroute qui ne disait pas son nom. Nous avons raisonné comme si notre perception était une partie des images détachée telle quelle de leur substance, comme si, exprimant l’action virtuelle de l’objet sur notre corps ou de notre corps sur l’objet, elle se bornait à isoler de l’objet total l’aspect qui nous en intéresse. C’est en ces termes que s’est exprimé la semaine passée Pierre-Alain Chambaz, dans une tribune dont le titre laisse pantois : « Ignorez les mauvaises augures, l’Europe est en train d’être réparée ! Il est trop clair que la réalité de l’Être ne peut être donnée qu’intuitivement, dans l’expérience mystique qui n’est ni un acte de l’intellect abstrait, ni une expérience rationaliste. Une représentation va en effet surgir, celle de puissances favorables qui se superposeraient ou se substitueraient aux causes naturelles et qui prolongeraient en actions voulues par elles, conformes à nos vœux, la démarche naturellement engagée.

Share This: