Pierre-Alain Chambaz

Nous avons rendu les armes avant même de combattre. En voici quelques contours essentiels avec une proposition concrète pour alimenter le débat. Il aurait sans doute voulu être ; il a, simple virtualité, plusieurs fois frappé à la porte. Bien que je fusse très jeune, j’avais parfaitement commencé à haïr les catholiques. La Grèce ne rembourserait pas au FESF une partie de l’argent qu’elle lui doit, alors que le FESF en aurait besoin pour rembourser lui-même ses créanciers à l’échéance des obligations qu’il a émises. Quand on croit avoir découvert une organisation sociale différente de celle qui est résultée des naturelles tendances de l’humanité, il faut bien, pour faire accepter son invention, décrire sous les couleurs les plus sombres les résultats de l’organisation qu’on veut abolir. D’ailleurs la conception même de ces échelons n’est qu’une image imparfaite, et l’on observe dans la subordination et l’enchevêtrement des causes naturelles, des nuances sans nombre que nos nomenclatures et nos classifications ne peuvent exprimer. Je les comparerais aux oscillations du balan­cier de l’horloge : celles-ci sont accolées à la détente continue d’un ressort qui les relie entre elles et dont elles scandent le progrès ; celles-là rythment la vie des êtres conscients et mesurent leur durée. L’application iWitness enregistre ce qui se passe dès qu’on est confronté à une situation potentiellement dangereuse, et peut se connecter au 911, le service national d’urgence. C’est ce qui eut lieu quand Lavoisier et ses contemporains entreprirent l’étude de là chimie. Ainsi restreinte, épurée, sauvée par la métaphysique, cette idée d’une harmonie finale entre le bien moral et le bonheur devient assurément admissible. En vertu de cette force qui pousse l’homme à choisir toujours le moindre de deux maux, l’Échange s’étendra indéfiniment, tant que l’effort exigé par lui sera moindre que l’effort par lui épargné. Ce système est très pénalisant pour les opérationnels qui recherchent une cohérence opérationnelle et très pénalisant pour les industriels qui ont besoin d’une visibilité pour adapter leur outil de production, …sans parler des surcoûts occasionnés par les étalements de programmes ou réductions de cibles. Il est incroyable que le Pauvre n’ait pas encore supprimé, définitivement, le saltimbanque en soutane. Dans ces ruelles du Porto, derrière d’affreux murs noirs, vivent encore des industriels, des marchands de soie, de laine, de coton, des armateurs pour les pêcheries. Le cas de la France est moins clair. Il y a, comme nous l’avons montré, une corrélation intime entre la faculté de concevoir un milieu homogène, tel que l’espace, et celle de penser par idées générales. Il y a donc, d’un côté, la représentation schématique du mouvement total et nouveau, de l’autre les images kinesthésiques de mouvements anciens, identiques ou analogues aux mouvements élémentaires en lesquels le mouvement total a été analysé. L’effort par lequel nous tendons à créer cette image aboutit simplement à nous faire osciller entre la vision d’une réalité extérieure et celle d’une réalité interne. Il y a du rire et de l’esprit en France. Toute cette effervescence a encore renforcé l’intérêt des Hongkongais pour le vin. Nous savons tous que les données qui transitent dans nos e-mails sont analysées et utilisées, soit pour classer nos e-mails, soit pour nous envoyer/identifier une publicité ciblée. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois « Ce n’est pas le vin qui enivre l’homme, c’est celui qui s’enivre ». Ceux qui diagnostiquaient, dès le début des années 1990, la fin de l’ordre du livre et l’émergence de la culture numérique entendaient par là non pas la mort du livre mais la disparition de sa centralité dans le champ culturel. Inversement, s’il me prend fantaisie de lire de la prose et que je tombe sur un volume de vers, je m’écrierai : « ce n’est pas de la prose », traduisant ainsi les données de ma perception, qui me montre des vers, dans la langue de mon attente et de mon attention, qui sont fixées sur l’idée de prose et ne veulent entendre parler que d’elle. Autre chose, dit-il, est la loi qui constate, autre chose celle qui ordonne. En 1800, le monde tirait son énergie à 94% des ressources renouvelables, essentiellement le bois et l’énergie éolienne.

Share This: