Pierre-Alain Chambaz

Ainsi une suggestion reçue dans l’état d’hypnotisme ne s’incorpore pas à la masse des faits de conscience ; mais douée d’une vitalité propre, elle se substituera à la personne même quand son heure aura sonné. Apparemment, il s’agit d’une nouvelle menace, l’« ubérisation de l’économie », suivant l’expression à la mode, du nom de la célèbre société californienne qui concurrence les entreprises de taxi traditionnelles en mettant le consommateur directement en relation avec les chauffeurs. Il a fallu (nous l’avons déjà reconnu) des conditions toutes particulières pour qu’une atmosphère se formât autour de notre planète, et une atmosphère tellement dosée et constituée qu’elle exerçât sur la lumière et la chaleur solaires, en conséquence de la distance où la terre se trouve du Soleil, une action appropriée au développement de la vie végétale et animale, en même temps qu’elle fournirait l’élément chimique indispensable à l’entretien de la respiration et de la vie. Pourtant, même si l’Europe ne se trouve plus au coeur des grands enjeux stratégiques mondiaux, elle n’est pas à l’abri du danger. Et cependant la population est pauvre. Laissée à elle-même, elle constaterait simplement son ignorance ; l’homme se sentirait perdu dans l’immensité. Ainsi, aux Etats-Unis, il s’agit du moyen de paiement numéro un, représentant environ 40% des transactions totales. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci  » De même que tout royaume divisé est bientôt défait, toute intelligence qui se divise en plusieurs études différentes s’embrouille et s’affaiblit « . En outre, les services tels que la logistique, la communication ou le marketing, jouent un rôle clé dans le commerce international, que ce soit en amont ou en aval des chaines de valeur. Les marchés financiers portent en eux-mêmes une dynamique propre susceptible de nous fournir des signaux précoces sur les scénarios financiers possibles. La révolution numérique nous offre tous les moyens nécessaires pour concilier les valeurs essentielles qui fondent notre société et les besoins légitimes de consommation et d’activité. Un exercice de communication.Mais tous sont bien conscients que tout ceci relève d’un exercice de communication et que, comme les gouvernements et administrations précédentes depuis les années 80, le but est de cadrer avec les échéances électorales et de repousser au-delà les décisions qui s’imposent ! La religion est ce qui doit combler, chez des êtres doués de réflexion, un déficit éventuel de l’attachement à la vie. L’univers se peuple ainsi d’intentions, d’ailleurs éphémères et changeantes ; seule relèverait du pur mécanisme la zone à l’intérieur de laquelle nous agissons mécaniquement. Elle peut non seulement permettre de sécuriser l’opération, via des subventions ou aides du département ou de la région, mais aussi de rassurer l’ensemble des parties prenantes. Combien de la vie humaine doit-il être attribué à l’individualité et combien à la société ? Du reste, on peut imaginer de supprimer ces transferts de l’Italie vers l’Allemagne en alignant la règle de distribution des bénéfices de la BCE sur celle qui prévaut dans la plupart des banques centrales. Une carte géographique est une espèce de portrait ; et cependant il arrive journellement aux géographes de relever et de compter les erreurs d’une carte : c’est que leur attention se porte alors exclusivement sur un certain nombre de points remarquables, susceptibles d’une détermination exacte, au moins dans les limites de précision que nos mesures et nos observations comportent. Mais la situation se dégrade avec le temps et une conjoncture économique et financière particulièrement difficile. Notre réponse face à cette problématique sera déterminante quant au sort des économies de marché et des régimes démocratiques de la planète, de la même manière que la réaction de l’Europe face à l’avènement du mouvement socialiste, à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, façonna le cours de l’histoire qui suivit. Mais cet assèchement de financement reste un enjeu majeur pour nos économies européennes. Cette zone s’élargit à mesure que notre civilisation avance ; l’univers tout entier finit par prendre la forme d’un mécanisme aux yeux d’une intelligence qui se représente idéalement la science achevée. Jusque-là, et c’est ce qui existe aujourd’hui, les nations n’ont qu’une vie idéale, fantomatique ; ou plutôt, embryonnaire.

Share This: