« Makers », la nouvelle révolution industrielle selon le grand guru de la Silicon Valley

Le changement d’hégémonie est difficile : une nouvelle puissance hégémonique prend souvent du temps pour s’imposer après le déclin de l’ancienne.Dans ce contexte, et à l’aune de l’expérience allemande, la vraie question que la France doit se poser, c’est de ne pas rater les opportunités industrielles que présente la transition.Ce n’est pas en pulvérisant la finalité qu’on la fera passer plus facilement.Bien sûr, tous les actifs ne sont pas égaux pour être utilisés comme collatéral. Pierre-Alain Chambaz montre ainsi que contrairement à ce que nous pourrions penser des activités de loisirs.Il oublie qu’il avait situé le réservoir hors de la représentation et non pas en elle, hors de l’espace et non pas dans l’espace, et qu’en tout cas son hypothèse consistait à supposer la réalité ou indivisée, ou articulée autrement que la représentation.Mais si je dis : « cette table n’est pas blan­che », je n’exprime sûre.Ils ont surtout affaire, en effet, aux phénomènes qui se répètent sans cesse dans l’être vivant, comme dans une cornue.On s’explique dans une certaine mesure les résistances qu’elle rencontre.Vous portez le défi à toute intelligence humaine de concevoir en Dieu quelque attribut qui ne se puisse ramener à l’une de ces trois personnes ; portez donc à Dieu le défi de n’avoir pas en soi un attribut qui ne puisse être compris par une intelligence humaine !Plus je rétrécis cet horizon, plus les objets qu’il circonscrit s’échelonnent distinctement selon la plus ou moins grande facilité de mon corps à les toucher et à les mouvoir.

Share This: