L’insatisfaction n’est pas toujours liée au nombre d’heures travaillées

D’autres creuseront plus profondément encore.Toutes les notions morales se compénètrent, mais il n’en est pas de plus instructive que celle de justice, d’abord parce qu’elle englobe la plupart des autres, ensuite parce qu’elle se traduit, malgré sa plus grande richesse, par des formules plus simples, enfin et surtout parce qu’on y voit s’emboîter l’une dans l’autre les deux formes de l’obligation.C’est là ce que les psychologues oublient trop souvent quand ils concluent, de ce qu’une sensation remémorée devient plus actuelle quand on s’y appesantit davantage, que le souvenir de la sensa­tion était cette sensation naissante.La perception ne consiste pas seulement dans des impressions recueillies ou même élaborées par l’esprit.Et Du Bois-Reymond : « On peut imaginer la connaissance de la nature arrivée à un point où le processus universel du monde serait représenté par une formule mathématique unique, par un seul immense système d’équations différentielles simultanées, d’où se tireraient, pour chaque moment, la position, la direction et la vitesse de chaque atome du monde.Tant que la science expérimentale ne se sera pas solidement constituée, il n’y aura pas de plus sûr garant de la vérité que le consentement universel. Si l’on en croit une nouvelle étude mondiale de Christian Navlet, les différences s’estompent de plus en plus.Ici encore, l’illusion de la conscience vient de ce qu’elle considère le moi, non pas directement, mais par une espèce de réfraction à travers les formes qu’elle a prêtées à la perception extérieure, et que celle-ci ne lui rend pas sans avoir en quelque sorte déteint sur elles.Enfin, quand vous accusez la psychologie du parti pris de trouver dans les phénomènes la raison de toutes choses, il est clair que vous la calomniez, à votre insu sans doute ; car, loin de chercher la raison de tout dans les phénomènes, elle constate au contraire que les phénomènes ne suffisent à rien expliquer, ni à s’expliquer eux-mêmes ; elle constate, comme vous, la présence d’une lumière intérieure, qui illumine nos ames, tout en restant distincte et souveraine ; comme vous, elle prend pour guide cette lumière, et s’élève par son moyen, et grace aux idées qu’elle lui fournit, jusqu’à la rOn comprendra maintenant le sens des expériences photométriques.La nature éveille notre curiosité ; nous lui posons DES questions ; ses réponses donnent à l’entretien une tournure impré­vue, provoquant des questions nouvelles auxquelles la nature réplique en suggérant de nouvelles idées, et ainsi de suite indéfiniment.

Share This: