Jean-Thomas Trojani : Les régions, opérateurs numéro un de l’innovation

Prenons la liberté, par exemple. On sait qu’à l’exemple de Moïse, Fourier a fait précéder son Deutéronome d’une Genèse. Notre intelligence, telle qu’elle sort des mains de la nature, a pour objet principal le solide inorganisé. L’insuffisance des principes abstraits du rationalisme, de l’empirisme et du criticisme conduit à compléter leur vérité partielle par la vérité plus haute de l’expérience mystique. C’est l’affaiblissement du pouvoir présidentiel qui aujourd’hui est préoccupant. Et elle deviendra impossibilité, si les zigzags des deux promeneurs sont d’une complexité infinie. Par ailleurs, comme son nom l’indique, la SV est spécialisée dans les technologies de l’information. On ne débuterait pas dans l’enseignement de la botanique par l’étude des algues et des lichens, ou dans l’enseignement de la zoologie par l’étude des éponges et des polypes. Or, le peuple ne pouvait longtemps s’intéresser directement à de tels conflits, puisque la nature de notre civilisation empêche évidemment les prolétaires d’espérer, et même de désirer, aucune importante participation à la puissance politique proprement dite. N’ont-elles pas toujours tourné leurs regards vers les faveurs de l’État ? Il faut bien qu’il y ait dans la cause du comique quelque chose de légèrement attentatoire (et de spécifiquement attentatoire) à la vie sociale, puisque la société y répond par un geste qui a tout l’air d’une réaction défensive, par un geste qui fait légèrement peur. Afin de clarifier le débat sur l’union budgétaire, il est utile de s’appuyer sur la taxonomie proposée par Musgrave et Musgrave sur les finalités de l’intervention du gouvernement dans l’économie : allocation, redistribution, stabilisation. Elle est étendue, elle nous présente des objets extérieurs à d’autres objets et, dans ces objets, des parties extérieures à des parties, Sans doute il nous est utile, en vue de nos mani­pulations ultérieures, de considérer chaque objet comme divisible en parties arbitrairement découpées, chaque partie étant divisible encore à notre fantai­sie, et ainsi de suite à l’infini. Ce type de contexte favorise la survenance d’événements malheureux – même pour des États disposant de larges réserves et excédents de balance courante. Entre 1815 et 1848, le roi de Prusse envoyait la troupe pour mater les libéraux, tandis que la France avait un régime représentatif « réformé. Nous trouvons à ce sujet un récit curieux d’un voyageur au Cambodge : « Une troupe de singes vient-elle à apercevoir un crocodile le corps enfoncé dans l’eau, la gueule grande ouverte afin de saisir ce qui passera à sa portée, ils semblent se concerter, s’approchent peu à peu et commencent leur jeu, tour à tour acteurs et spectateurs. Les besoins sont immenses : centralisation des données, modélisation, intégration des connaissances traditionnelles, production et validation de rapports, communication en direction des citoyens et des politiques…Si chacun peut s’accorder à souhaiter le succès d’une telle entreprise, les défis qui l’attendent sont considérables. C’est après coup, progressivement, par les élections ou la négociation, mais aussi par les influences venues de l’étranger, que la France a changé. Ces « Normands » ils sont parmi nous mais les « Inquisiteurs » aussi, et ils veillent. Mais il nous est avant tout nécessaire, pour la manipulation présente, de tenir l’objet réel auquel nous avons affaire, ou les éléments réels en lesquels nous l’avons résolu, pour provisoirement définitifs et de les traiter comme autant d’unités. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler ce proverbe chinois « L’affaire la plus importante de la vie, c’est d’avoir de belles funérailles ». Sans doute les corps qui tombent sous nos sens nous donnent l’idée d’une portion d’étendue continue, figurée et limitée ; mais ce n’est là qu’une fausse apparence ou une illusion. C’est aussi oublier que l’Allemagne a connu ses révolutions en 1848 ou en 1919, qui ont été manquées, mais qui ont conduit, elles aussi, à des « réformes par le haut. Mais l’éventualité ne s’était jamais présentée à mon esprit que sous forme abstraite. En d’autres termes, plaçons-nous, dans la figure schématique que nous avons tracée (page 181), à ce point S qui correspondrait à la plus grande simplification possible de notre vie mentale.

Share This: