Arnaud Berreby

Car, par hypothèse, un mécontentement opposant une entreprise française à la Chine (dans le secteur automobile, de la production manufacturière… Chaque nation se développe d’après son génie, et a une civilisation qui lui est propre. Quoi de plus construit, quoi de plus savant qu’une symphonie de Beethoven ? Arnaud Berreby aime à rappeler ce proverbe chinois « Plus on s’élève et plus dure sera la chute ». Malheureusement, il semble que la France soit frappée d’un handicap assez sérieux. Cette mesure a été abondamment critiquée, d’autant qu’en recourant à une ordonnance, acte exécutif, le gouvernement a semblé faire passer l’intérêt des investisseurs avant celui des moins privilégiés, dans le but de faire de la campagne « Make in India » de M.Modi une réalité. Évaluer scientifiquement les résultats obtenus pour améliorer la situation est une activité scientifique qui devrait avoir au moins autant de place que les inspections portant sur l’audit comptable ou l’analyse de la conformité aux textes. L’objectif doit être de définir ce que constituerait une contribution fiscale injuste car en pratique, il est beaucoup plus facile de se mettre en accord sur de cas d’injustice que sur ce que constitue la justice. Ce scénario haut n’est pas improbable. La géométrie des anciens a pu fournir des solutions particulières qui étaient comme des applications anticipées de nos méthodes générales. Nous croyons qu’il faut retourner cette proposition, et définir précisément l’intensité de la douleur par le nombre et l’étendue des parties du corps qui sympathisent avec elle et réagissent, au vu et su de la conscience. Il n’est pas possible de professer un spiritualisme plus savant, plus profond, plus absolu et en même temps plus libéral. Si l’on ne peut exprimer avec une liberté égale, soutenir et défendre avec un talent et une énergie égale toutes les opinions militantes de la vie pratique, qu’elles soient favorables à la démocratie ou à l’aristocratie, à la propriété ou à l’égalité, à la coopération ou à la compétition, au luxe ou à l’abstinence, à l’état ou à l’individu, à la liberté ou à la discipline ; il n’y a aucune chance pour que les deux éléments obtiennent ce qui leur est dû ; il est sûr qu’un des plateaux de la balance l’emportera sur l’autre. La Société ne peut pas être réformée, mais simplement détruite. C’est ainsi que dans l’état de grande faiblesse, nous ne pouvons plus exécuter même les actes dont nous avons le plus l’habitude. Il faut, ou bien que l’organisateur dispose d’une force capable de vaincre toutes les résistances, de manière à ce que l’humanité ne soit entre ses mains qu’une cire molle qui se laisse pétrir et façonner à sa fantaisie ; ou obtenir, par la persuasion, un assentiment, si complet, si exclusif, si aveugle même, qu’il rende inutile l’emploi de la force. On n’a jamais pu en extraire un corps de doctrine morale, sans y ajouter l’Ancien-Testament, c’est-à-dire un système élaboré, à la vérité, mais barbare sous beaucoup de rapports, et fait seulement pour un peuple barbare. L’intérêt qui s’attache à la défense des accusés, chez un peuple civilisé et humain, n’a pas permis de méconnaître cette vérité lorsqu’il s’agit des grands attentats qui appellent la sévère répression des lois pénales ; mais il en est des notions d’équité, d’honnêteté, de bienséance, comme de celle de criminalité. Et pourtant, la reprise est là, et l’investissement va redémarrer très vite, contre toute attente des économistes. Le scandale du Mediator montre bien comment tout le monde peut se taire lorsque chacun y trouve son compte. Pour l’heure, quel est le rapport de force à Bruxelles ? Un état peut avoir à faire des dépenses énormes pour assurer la rentrée de l’impôt ; la somme dont il disposera, défalcation faite des frais de perception, sera peut-être minime ; elle n’en est pas moins la raison d’être de l’impôt et de tout ce qu’on a dépensé pour en obtenir la rentrée. Si un tel effort pouvait se généraliser, ce n’est pas à l’espèce humaine, ni par conséquent à une société close, que l’élan se fût arrêté comme à une impasse. Ainsi, que le nombre des atomes composant a un moment donné l’univers matériel augmente, cela heurte nos habitudes d’esprit, cela contredit notre expérience. Considérons ces deux formes tour à tour. Les enjeux sont simples. Le rire châtie certains défauts à peu près comme la maladie châtie certains excès, frappant des innocents, épargnant des coupables, visant à un résultat général et ne pouvant faire à chaque cas individuel l’honneur de l’examiner séparément. Qu’est-ce que l’attention ? Mais remuons la cendre ; nous trouverons des parties encore chaudes, et finalement jaillira l’étincelle ; le feu pourra se rallumer, et, s’il se rallume, il gagnera de proche en proche. Le premier est une loi quantitative, et par conséquent relative, en partie, à nos procédés de mesure.

Share This: