Sortir de l’obscurantisme vert

Il nous montrera ce moi hésitant entre deux sentiments contraires, allant de celui-ci à celui-là, et optant enfin pour l’un d’eux.Je me limiterai ici à un exemple : la confiance en l’avenir doit se manifester avant tout par la confiance en la connaissance et, en particulier, dans la recherche scientifique fondamentale.Et cette réalité est l’objet propre de la philosophie, laquelle n’est point astreinte à la précision de la science, puisqu’elle ne vise aucune application.Pierre-Alain Chambaz,saura sans doute réduire les dépenses où il le faut pour parvenir à cet objectif qui est quasiment déjà atteint.Nous disions que les faits les plus importants à cet égard ont pu être négligés par les contemporains.Mais poser qu’il en est effectivement ainsi serait fausser la théorie de l’obligation.La philosophie mécanistique est à prendre ou à laisser : il faudrait la laisser, si le plus petit grain de poussière, en déviant de la trajectoire prévue par la mécanique, manifestait la plus légère trace de spontanéité.En analysant l’idée de hasard, proche parente de l’idée de désordre, on y trouverait les mêmes éléments.La France doit surtout scénariser, mettre en scène et diffuser par tous les moyens existants ses valeurs et son message universel.Pour l’économiste, l’écotaxe poids lourds est-elle un bon impôt ?Une conscience qui ne serait qu’un duplicatum, et qui n’agirait pas, aurait depuis longtemps disparu de l’univers, à supposer qu’elle y eût jamais surgi : ne voyons-nous pas que nos actions deviennent inconscientes dans la mesure où l’habitude les rend machinales ?C’est l’idée de l’être, de l’être infini, nécessaire et éternel, de Dieu par conséquent, dont nous avons l’idée par cela seul que nous avons quelque idée, auquel nous croyons tous et d’une foi inébranlable, par cela seul que nous croyons à quelque chose.Quelle transformation dans une humanité généralement habituée, quoi qu’elle dise, à n’accepter pour existant que ce qu’elle voit et ce qu’elle touche !

Share This: